LA TECHNIQUE ALEXANDER

Chez l'homme, la tête qui représente environ 10% du poids de son corps (4,5 kilos à 6,5 kilos) repose en équilibre au sommet de sa colonne vertébrale.
Cette disposition est en elle-même un mécanisme d'équilibre. A peu près les 2/3 de la tête se trouvent à l'avant du point ou elle est posée au sommet de la colonne vertébrale. Ainsi la tête tombe continuellement vers l'avant. De profonds muscles à l'arrière de la tête et du cou ramène en permanence la tête vers l'arrière jusqu'à sa place d'équilibre.
Le contrôle primaire : cette relation détermine comment le reste du corps se comporte ; la tête est la partie du corps ou la majorité des sens sont situé :vue, ouïe, odorat, gout, toucher et profondément à l'intérieur de l'oreille interne, l'organe de l'équilibre (le vestibule) La tête a besoin d'être libre au sommet de la colonne vertébrale afin que les sens puissent obtenir la quantité maximum d'information. Ces informations sont alors relayées au cerveau et une réponse appropriée est déterminée et activée.
Et pourtant les gens ont tendance dans leurs activités quotidienne à raidir la tête au sommet de leur colonne vertébrale.
« Le contrôle primaire conditionne toutes les autres réactions, amène le facteur conditionnant sous le contrôle conscient et permet à l'individu de prendre possession de ses propres potentialités. Il convertit le fait des réflexes conditionnés, d'un principe d'esclavage externe, en moyen de liberté vitale » John Dewey